Traumatologie maxillo faciale

La traumatologie regroupe toutes les lésions acquises par blessure.

Au niveau facial, on distingue les traumatismes du revêtement cutané, impliquant les plaies, dont les morsures, et les brûlures, et les traumatismes osseux, qui englobent les fractures des os de la face.

– les plaies au niveau de la face ont logiquement un impact esthétique fort.

*Au stade aigu, pour obtenir une belle cicatrisation, elles ne doivent pas s’infecter, et doivent donc être lavées et suturées en urgence, sous anesthésie locale ou générale, en fonction de l’étendue et de la complexité des lésions. Certaines plaies sont particulièrement sensibles, du fait de leur localisation (zones périorificielles telles que les lèvres, le nez, les paupières, les pavillons auriculaires) ou de l’atteinte d’une structure anatomique, qu’il faut réparer (canal salivaire parotidien, nerf facial, canal lacrymal).

*Au stade des séquelles, lorsqu’une cicatrice est hypertrophique ou disgracieuse, il est possible de réaliser une retouche chirurgicale de la cicatrice, en réséquant la zone cicatricielle, et obtenir une cicatrice plus fine après une nouvelle suture.

Chez certaines personnes, la cicatrisation se fait de façon tellement hypertrophique qu’elle forme une cicatrice « chéloïde », dont le traitement est délicat (association d’injections de corticoïdes retard, de pressothérapie et de chirurgie) et sujet à la récidive.

– les fractures des os de la face doivent être rapidement diagnostiquées après examen clinique et radiologique (un scanner est souvent réalisé d’emblée), afin d’envisager un traitement chirurgical si nécessaire, avant que les fragments consolident dans une mauvaise position.

Classons les fractures selon l’urgence de leur traitement, généralement chirurgical, consistant à réduire le déplacement les fragments osseux et les contenir par la mise en place de mini-plaques et de mini-vis d’ostéosynthèse en titane, parfaitement biocompatibles. La plupart des incisions des abords chirurgicaux sont endobuccales, et si elles doivent être cutanées, elles sont quasiment invisibles car dissimulées.

*traitement chirurgical très urgent : fractures du plancher orbitaire avec incarcération du muscle droit inférieur, traumatologie dentaire (réimplantation de dents luxées)

*traitement chirurgical urgent : fractures de la portion dentée et de l’angle de la mandibule

*traitement chirurgical semi-urgent (après quelques jours, aidé par la diminution de l’œdème) : fractures déplacées des étages moyen et supérieur de la face : réduction de fracture des os propres du nez, fractures de l’os zygomatique (dont les fractures isolées du plancher d’orbite sans incarcération musculaire), disjonctions cranio-faciales, fractures du complexe naso-ethmoïdo-maxillo-fronto-orbitaire.

*pas de traitement chirurgical : fractures non déplacées des étages moyen et supérieur de la face, certaines fractures mandibulaire

* cas particulier : les fractures du condyle mandibulaire. En fonction de la localisation de la fracture, et de leur déplacement, est proposé un traitement chirurgical par ostéosynthèse (fractures sous-condyliennes hautes et basses) ou un traitement par rééducation (fracture de la tête condylienne), aidé par un kinésithérapeute spécialisé.

Quel que soit votre traitement, même l’abstention chirurgicale, le Dr Le Carbonnier vous verra régulièrement en consultation jusqu’à ce que la consolidation soit obtenue.